Un bocal et un sablier pour retrouver le sourire en famille? Actions concrètes de parentalité positive.

Il arrive parfois que l’ambiance familiale se dégrade sérieusement…au point pour un parent de ne plus reconnaître les qualités de son enfant…et pour un enfant, de douter de sa propre valeur.

Dans l’émission « Leurs secrets du bonheur » anciennement diffusée sur France 2, le témoignage d’une famille a attiré notre attention.

Le contexte: depuis l’arrivée des jumeaux (probablement entre 11 et 16 mois), Daphné, femme de 38 ans est moins disponible pour sa fille aînée âgée de 6 ans, Eurydice. Celle-ci partage dorénavant, ses parents (notamment sa maman), son espace, ses jouets, avec les 2 nouveaux venus:  ses 2 frères. Sa mère visiblement fatiguée est à court d’idée pour apaiser l’ambiance familiale et la réassurance du papa d’Eurydice ne suffit pas à restaurer l’estime de soi de la petite fille… Les parents décident de trouver de l’aide et rencontrent Jeanne Siaud-Facchin, Psychologue Clinicienne – Psychothérapeute.

Ce qui nous paraît utile:

  • rechercher de l’aide quand il y a saturation
  • les objets concrets (le vase, les billes) qui viennent symboliser la valeur de l’enfant, ses compétences.
  • tenir 21 jours dans la mise en pratique des nouveaux comportements (oui, un outil ne fonctionne que si l’on s’en sert)
  • l’amélioration de la relation mère-fille
  • le nouveau regard que porte la mère sur sa fille
  • la meilleure estime de soi d’Eurydice et l’affirmation dans son rôle d’aînée
  • l’explication du lien entre comportement et retentissement physiologique (hormones du bonheur VS hormones du stress)
  • se débarrasser du sablier une fois le comportement acquis!

Ce que nous aurions ajouté ou fait différemment:

  • des temps d’empathie et d’accueil des émotions: les « 3 minutes de bonheur » pourraient s’appeler « les 3 minutes du cœur » car un enfant peut avoir à confier autre chose que des instants plaisants à sa maman…

Afficher l'image d'origine

Visionner le reportage de 8 min « La parentalité positive et la technique du bocal » (Emission du 7/02/12 « Leurs secrets du bonheur, France 2).

 

La figure d’attachement

Selon le psychiatre et psychanalyste Bowbly (1969) qui a décrit cette théorie, l’attachement résulte Afficher l'image d'origined’un ensemble de comportements du nourrisson et de l’enfant (s’accrocher, sucer, pleurer, sourire…) dont l’objectif est la recherche et le maintien de la proximité d’une personne spécifique (la figure d’attachement), le plus souvent la mère.

John Bowbly s’appuie sur les découvertes de l’éthologue Konrad Lorenz: l’attachement est un besoin social primaire (au delà des besoins mêmes de nourriture selon Bowbly) dont la fonction est une fonction de protection (l’enfant a besoin de sécurité) et aussi d’exploration (ce n’est que quand ses besoins de proximité sont satisfaits que l’enfant peut s’éloigner de sa figure d’attachement pour explorer le monde extérieur! L’attachement sert l’autonomie et non la dépendance).

Un enfant qui a un attachement sécure peut libérer pleinement ses émotions, ses affects, son langage et ses compétences « socles »: l’attention visuelle soutenue, l’élan à l’interaction, les comportements affiliatifs, la capacité de reproduire et d’imiter, l’organisation structurée du geste (Montagner, 1988): « plus on nourrit l’attachement, plus le cerveau de l’enfant se développe » Isabelle Filliozat.

Un enfant sera plus enclin à exprimer ce qu’il ressent à l’intérieur de lui à sa figure d’attachement principale…souvent sa maman…d’où parfois les crises, explosion de larmes et autres décharges de stress qui à ce moment là, n’ont rien à voir avec un manque de savoir-faire de la maman en question.

Evidemment, l’enfant peut disposer de plusieurs figures d’attachement s’il a d’autres relations grâce auxquelles il reçoit des réponses positives en termes de soins, de sécurisation et de protection. Les pères ne sont donc pas en reste et peuvent également nourrir l’attachement de leur enfant (jeux, balades, bagarres bienvenus!).

Extrait de la conférence d’Isabelle Filliozat en mai 2014 à Bordeaux

Afficher l'image d'origine

Enfin, pour accueillir les fortes réactions émotionnelles de vos enfants, nous vous parlerons dans un prochain article des techniques possibles de retour au calme, d’abord pour vous, pour ensuite, être en capacité d’aider votre enfant à faire face à ce qui le traverse. Oui, être figure d’attachement n’est pas de tout repos! Apprenons ensemble.