Pour cette année, on vous souhaite ce qui vous est essentiel.

Une année vient de s’écouler, une autre démarre: 2017, nous y sommes!

Nous vous proposons une courte vidéo dont le message nous semble des plus vivants. On pourrait remplacer les balles de ping-pong par des boules en fibres de coco naturelles, les cailloux par des lentilles corail, le sable par du sucre et la bière par du jus de pomme (bio si vous préférez)…mais l’essentiel y est. Et c’est ce qu’on vous souhaite en ce début d’année. L’essentiel pour vous.

Pour l’association, déjà plusieurs rendez-vous:

*le 11 janvier: 3ème café des parents, celui-ci sur le thème de la nutrition, avec Nathalie DEMOULINGER, diététicienne. Nous évoquerons les questions autour de l’alimentation et les kilos post-grossesse…faites passer le mot!

affiche-cafes-des-parents-vernouillet-jpeg*les 28 et 29 janvier: formation pour les parents (et/ou professionnels de l’enfance). Vous connaissez notre attrait pour diffuser l’éducation « positive, bienveillante… » en fait,  pour porter à la connaissance des adultes des informations afin d’être pleinement dans un rôle éducatif, pour faire confiance à la dynamique de groupe dans la recherche de solutions ou simplement l’écoute…pour entretenir de meilleures relations avec les enfants (gestion de crise, accueil des émotions, règles et limites…). 2 jours de formation à Dreux (28), pour un tarif de 150€, sous réserve d’un nombre de participants suffisant.atelier-faber-et-mazlish-janv-2017-erp

Lien utile:

Prochain atelier Faber et Mazlish « Parler pour que les enfants écoutent, Ecouter pour que les enfants parlent », les 28 et 29/01/2017 à Dreux (28)

Le 5/11/2016, 2ème café des parents « Les premiers secours »

Le samedi 5 novembre prochain de 10h à 12h, aura lieu le 2ème café des parents de l’association. Mme MARTINE-PAMPHILE, psychologue, accueillera comme en septembre dernier, le groupe de parents à la résidence Domitys (61 route de Crécy, 28500 Vernouillet).

Le Dr BEN M’BAREK nous rejoindra pour évoquer le thème des premiers secours.

Vous trouverez l’affiche ici, les inscriptions sont ouvertes!

A bientôt,cafe-des-parents-5-nov-2016

L’équipe d’Emotions Relations Parentage.

 

Prochain stage pour les parents: 17 et 18 septembre à Dreux (28, Eure et Loir)

Notre stage de la rentrée est fixé! Téléchargez l’affiche et réservez vos 17 et 18 septembre, ici le programme et le bulletin d’inscription.

D’ici là, nous vous proposons une pause-détente autour d’une grille de mots croisés sur le thème de la parentalité! Cliquez ici pour télécharger la grille: 15 mots en lien avec la parentalité à trouver, la solution dans quelques jours! Bonnes vacances…

Grille 1'- parentalité35432850-tas-de-jouets

 

 

Un amendement a été déposé à l’Assemblée nationale par les députés François-Michel Lambert et Edith Gueugneau pour faire inscrire dans le projet de loi Egalité et Citoyenneté l’abolition des violences faites aux enfants.

Dans le cadre de la loi « Egalité et Citoyenneté », cet amendement sur la VEO sera étudié en séance à l’Assemblée nationale aujourd’hui et jusqu’à jeudi 30/06/2016.

L’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (OVEO) nous propose un dossier de présentation de cet amendement dans lequel nous trouvons  les articles rectificatifs proposés, une définition de la violence éducative ordinaire, la différence avec la maltraitance…etc.

Notre avis sur le dossier de présentation: il s’agit d’un travail de synthèse clair et argumenté. Cependant, seule une mesure à titre informatif est évoquée « à la première page du carnet de santé doit figurer la mention suivante: « nul, pas même le ou les titulaires de l’autorité parentale, n’a le droit d’user de violence physique, d’infliger des punitions corporelles et des souffrances morales ni de recourir à aucune autre forme d’humiliation envers un enfant ».

Ainsi, le dossier ne s’étend pas sur les propositions d’actions possibles à toutes les échelles (locales, départementales, régionales, nationales) pour sensibiliser, informer la société et accompagner, soutenir les parents et les adultes éducateurs de manière générale (assistantes maternelles, enseignants…). Cela nous rappelle les messages inscrits sur les briques de lait…(cf le film « Si j’aurai su…je serai né en Suède » ou sa bande annonce).

OVEO sjSJSNES

Espérons plus de détails sur ces actions car si nous sommes en faveur d’un changement social pour un regard plus juste sur l’enfant, nous sommes contre la stigmatisation des adultes, même ceux qui usent de la VEO. C’est un changement dans les consciences qui est à travailler avec les moyens que cela réclame.

L’empathie, ressource parentale pour éviter les violences éducatives

« Encore un mot compliqué », « Pas besoin de ça pour éduquer et me faire obéir! »…découvrons.

Pour faire simple, l’empathie (vient du grec pathos-souffrance- et  em-dedans, intérieur-), c’est la capacité de compréhension des émotions d’un autre individu. En somme, la possibilité pour chaque parent, de comprendre son enfant lorsque celui-ci présente une émotion.

Quelques exemples concrets: la tristesse quand la boule de glace tombe par terre, la colère lorsque le jean blanc préféré est tâché de confiture par le petit cousin, la honte lorsque les copines se sont moquées de la coiffure réalisée avec soin le matin, la peur de s’être perdu dans un magasin mais aussi la joie lorsque les plants mis en terre commencent à donner les premières tomates ou les premières fraises etc…

A chaque fois que vous ressentez en vous ce que 1_ImCw5Z78dYUeYeVtxgGyegressent votre enfant, vous êtes dans une attitude à partir de laquelle vous  pouvez lui donner verbalement ou non de l’empathie et l’aider à traverser son émotion.

L’empathie a toute sa place dans la relation éducative car elle évite les positions dominant-dominé et les éventuelles dérives (coups, menaces, cris…). Cette capacité est plus ou moins naturelle chez les personnes, elle dépend  de la personnalité et de l’histoire de chacun, en tous cas, elle peut se développer 😉 !

Marion CuerqMarion Cuerq, réalisatrice du film « Si j’aurais su je serai né en Suède »

« Si j’aurai su, je serais né en Suède » (film, 1h06 min) ou bande annonce (2min46)

Interview de Marion Cuerq à propos de l’empathie dans les relations humaines 

L’Odyssée de l’empathie est un documentaire de 2015 qui nous interpelle sur une des manières possibles pour limiter les violences… bande annonce (2min21).

Dans l’actualité: l’observatoire de la non violence éducative (dont le but est de « révéler le scandale caché de la violence éducative, qui légitime, sous couvert d’éducation, des cruautés à peine imaginables ») a déposé à l’Assemblée Nationale un amendement pour abolir les violences éducatives, le projet de loi sera examiné dès demain et en séance du 27 au 30 juin. A suivre.

Enfin, pensons aux parents qui eux-aussi ont besoin d’empathie… Ils peuvent d’ailleurs s’en procurer à eux-mêmes, c’est l’auto-empathie!autoempathie minute

« Merci part de moi qui juge, critique, réagit, diagnostique, de me rappeler que c’est le moment de prendre un temps d’écoute avec ce qui se vit en moi ».

 

 

A expérimenter lors d’un prochain stage pour les parents à Dreux.

 

 

Un bocal et un sablier pour retrouver le sourire en famille? Actions concrètes de parentalité positive.

Il arrive parfois que l’ambiance familiale se dégrade sérieusement…au point pour un parent de ne plus reconnaître les qualités de son enfant…et pour un enfant, de douter de sa propre valeur.

Dans l’émission « Leurs secrets du bonheur » anciennement diffusée sur France 2, le témoignage d’une famille a attiré notre attention.

Le contexte: depuis l’arrivée des jumeaux (probablement entre 11 et 16 mois), Daphné, femme de 38 ans est moins disponible pour sa fille aînée âgée de 6 ans, Eurydice. Celle-ci partage dorénavant, ses parents (notamment sa maman), son espace, ses jouets, avec les 2 nouveaux venus:  ses 2 frères. Sa mère visiblement fatiguée est à court d’idée pour apaiser l’ambiance familiale et la réassurance du papa d’Eurydice ne suffit pas à restaurer l’estime de soi de la petite fille… Les parents décident de trouver de l’aide et rencontrent Jeanne Siaud-Facchin, Psychologue Clinicienne – Psychothérapeute.

Ce qui nous paraît utile:

  • rechercher de l’aide quand il y a saturation
  • les objets concrets (le vase, les billes) qui viennent symboliser la valeur de l’enfant, ses compétences.
  • tenir 21 jours dans la mise en pratique des nouveaux comportements (oui, un outil ne fonctionne que si l’on s’en sert)
  • l’amélioration de la relation mère-fille
  • le nouveau regard que porte la mère sur sa fille
  • la meilleure estime de soi d’Eurydice et l’affirmation dans son rôle d’aînée
  • l’explication du lien entre comportement et retentissement physiologique (hormones du bonheur VS hormones du stress)
  • se débarrasser du sablier une fois le comportement acquis!

Ce que nous aurions ajouté ou fait différemment:

  • des temps d’empathie et d’accueil des émotions: les « 3 minutes de bonheur » pourraient s’appeler « les 3 minutes du cœur » car un enfant peut avoir à confier autre chose que des instants plaisants à sa maman…

Afficher l'image d'origine

Visionner le reportage de 8 min « La parentalité positive et la technique du bocal » (Emission du 7/02/12 « Leurs secrets du bonheur, France 2).

 

La figure d’attachement

Selon le psychiatre et psychanalyste Bowbly (1969) qui a décrit cette théorie, l’attachement résulte Afficher l'image d'origined’un ensemble de comportements du nourrisson et de l’enfant (s’accrocher, sucer, pleurer, sourire…) dont l’objectif est la recherche et le maintien de la proximité d’une personne spécifique (la figure d’attachement), le plus souvent la mère.

John Bowbly s’appuie sur les découvertes de l’éthologue Konrad Lorenz: l’attachement est un besoin social primaire (au delà des besoins mêmes de nourriture selon Bowbly) dont la fonction est une fonction de protection (l’enfant a besoin de sécurité) et aussi d’exploration (ce n’est que quand ses besoins de proximité sont satisfaits que l’enfant peut s’éloigner de sa figure d’attachement pour explorer le monde extérieur! L’attachement sert l’autonomie et non la dépendance).

Un enfant qui a un attachement sécure peut libérer pleinement ses émotions, ses affects, son langage et ses compétences « socles »: l’attention visuelle soutenue, l’élan à l’interaction, les comportements affiliatifs, la capacité de reproduire et d’imiter, l’organisation structurée du geste (Montagner, 1988): « plus on nourrit l’attachement, plus le cerveau de l’enfant se développe » Isabelle Filliozat.

Un enfant sera plus enclin à exprimer ce qu’il ressent à l’intérieur de lui à sa figure d’attachement principale…souvent sa maman…d’où parfois les crises, explosion de larmes et autres décharges de stress qui à ce moment là, n’ont rien à voir avec un manque de savoir-faire de la maman en question.

Evidemment, l’enfant peut disposer de plusieurs figures d’attachement s’il a d’autres relations grâce auxquelles il reçoit des réponses positives en termes de soins, de sécurisation et de protection. Les pères ne sont donc pas en reste et peuvent également nourrir l’attachement de leur enfant (jeux, balades, bagarres bienvenus!).

Extrait de la conférence d’Isabelle Filliozat en mai 2014 à Bordeaux

Afficher l'image d'origine

Enfin, pour accueillir les fortes réactions émotionnelles de vos enfants, nous vous parlerons dans un prochain article des techniques possibles de retour au calme, d’abord pour vous, pour ensuite, être en capacité d’aider votre enfant à faire face à ce qui le traverse. Oui, être figure d’attachement n’est pas de tout repos! Apprenons ensemble.

 

Haim Ginott, Adele Faber, Elaine Mazlish: des « habiletés » pour les parents

 

Faber et Mazlich

Mères de famille canadiennes ayant suivi des ateliers de guidance parentale d’Haim Ginott, psychologue et élève de Carl Rogers père de la psychologie humaniste. Haim Ginott était aussi enseignant et médecin, il a commencé sa vie professionnelle comme maître d’école en 1947 en Israël, il émigre aux Etats-Unis et obtient un doctorat de psychologie clinique à l’Université de Columbia à New York en 1952. Son travail auprès des enfants et des parents lui a permis d’élaborer une attitude éducative articulant étroitement compassion et fixation des limites.

Il a initié des techniques pour parler aux enfants qui sont toujours utilisées de nos jours, il a initié des techniques pour parler aux enfants qui sont toujours utilisées de nos jours:  techniques à partir desquelles Adele FABER et Elaine MAZLISH ont élaboré leurs ateliers!

 Le livre d’Haim Ginott « Between Parent and Child » (1988) était un best-seller pendant plus d’un an et reste très populaire aujourd’hui.

Afficher l'image d'origineAdele FABER et Elaine MAZLISH ont  créé deux ateliers « Parler pour que les enfants écoutent, les écouter pour qu’ils parlent » et « Frères et soeurs sans rivalité ». Il s’agit d’ateliers de parents, collectifs répartis en 7 séances de 3 heures, chaque séance est guidée par un(e) animateur (trice).

L’objectif est de transmettre aux parents des HABILETES ou compétences pouvant les aider à entrer en relation avec leurs enfants, à les éduquer avec respect tout en se respectant soi-même.

Trouver un(e) animateur (trice) d’un atelier dans votre région

On en parle aussi les 3 et 4 juin à Dreux (Eure et Loir)!

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

L’enfant voit le monde depuis ses propres yeux (Isabelle Filliozat)

croire ou entendre CNV

Opposition, crises de rage…vous connaissez! Nous avons tous connu ce moment où le volcan se réveille…chez notre enfant puis chez nous!

La CNV® nous propose d’entendre ce que vit le chacal en chacun de nous, ce chacal qui  hurle, juge, dévalorise, compare, insulte…quel besoin est-il maladroitement en train de crier?

Isabelle Fillozat dans « Au cœur des émotions de l’enfant » nous propose de répondre à 7 questions lorsqu’une situation difficile se présente avec notre enfant:

  1. Quel est son vécu? Eh oui, un enfant a un cerveau en maturation, sa pensée n’est pas construite comme celle d’un adulte, prenez-le au sérieux. Ecoutez ses émotions même si cela vous paraît « une comédie pour un rien »
  2. Que dit-il?  Un enfant a peu de mots pour dire sa réalité, il peut user de toute une panoplie de symptômes pour dire son vécu, notamment lorsqu’ils sont récurrents ou disproportionnés.
  3. Quel message ai-je envie de transmettre? Regardons de plus près nos jugements sur notre enfant, ce que nous pensons de lui va conditionner ses croyances sur lui-même, privilégions les messages d’amour!
  4. Pourquoi je dis cela? Pourquoi je tiens à cette règle? A quel point les conditionnements, notre propre éducation, nos automatismes et les convenances sociales nous guident-elles dans notre relation éducative? Avez-vous déjà entendu un membre de famille vous dire « attention, ton enfant va te dominer! »?
  5. Mes besoins sont-ils en compétition avec ceux de mon enfant? Lire tranquillement, dormir tard le week-end, ne pas préparer de repas pendant plusieurs jours, téléphoner, jouer d’un instrument des heures durant, sortir le soir ou la journée sans rien organiser… une fois devenu parent, cette vie-là peut paraître lointaine!..alors…soufflons, reconnaissons nos besoins, dès que possible agissons pour les mettre en œuvre, exposons-les à nos enfants avec bienveillance et fermeté.
  6. Qu’est-ce qui est le plus précieux pour moi? L’avis de nos parents, de notre conjoint, des professeurs de classe, des amis du club de foot mais aussi l’accumulation de biens matériels…peuvent lourdement peser sur notre comportement avec notre enfant. En avons-nous conscience?
  7. Quel est mon objectif? Que nos enfants grandissent, qu’ils aient une bonne estime d’eux-mêmes, qu’ils aient confiance en eux, qu’ils aient confiance en nous, qu’ils puissent s’insérer socialement aussi. Montrons leur alors à quel point ils sont précieux, ils pourront ainsi découvrir les risques et les merveilles de la vie avec la conscience de leur propre valeur..

Le chacal et la girafe en Communication Non Violente ®

En avez-vous entendu parler?

Afficher l'image d'origine

La GIRAFE et le CHACAL symbolisent deux manières d’être en relation.

Commençons par la GIRAFE: c’est l’animal terrestre ayant le plus grand cœur et pour cela elle symbolise entre autres,  notre capacité à être empathique avec autrui, à prendre conscience et à accueillir nos propres besoins et sentiments, à les exprimer sans agressivité, à exprimer de la gratitude…La girafe a aussi un long cou et symbolise donc la capacité à prendre de la distance avec les événements, à observer et à avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe.

Le CHACAL avec son petit cou n’a pas de vision d’ensemble de la situation. Il symbolise les formes de violences dont nous usons dans nos relations: nos pensées binaires (bien/mal, vrai/faux, gentil/méchant…), nos jugements/interprétations/critiques/comparaisons et autres diagnostics SUR nous-mêmes et SUR l’autre, notre croyance en qui a tort ou qui a raison, nos rigidités de pensée, notre agressivité… Cela n’est pas sans rappeler le système SAPPE repéré par Jacques SALOME dans la méthode ESPERE.

Les formateurs en CNV utilisent parfois, comme le faisait Marshall B Rosenberg, deux marionnettes, une pour la girafe, une autre pour le chacal, pour mettre l’accent sur nos ATTITUDES dans nos relations: celles qui les compliquent, les dégradent et celles qui les fluidifient, les réparent, les fortifient.

Afficher l'image d'origine

Dans notre mode de relation à nos enfants, nous pouvons également utiliser la CNV pour être en relation d’humain à humain, voir la vidéo ci-après!

Marshall Rosenberg – Eduquer sans récompense ni punition – CNV Communication NonViolente ®

Et à découvrir lors de notre atelier des 3 et 4 juin à Dreux (28).