Un amendement a été déposé à l’Assemblée nationale par les députés François-Michel Lambert et Edith Gueugneau pour faire inscrire dans le projet de loi Egalité et Citoyenneté l’abolition des violences faites aux enfants.

Dans le cadre de la loi « Egalité et Citoyenneté », cet amendement sur la VEO sera étudié en séance à l’Assemblée nationale aujourd’hui et jusqu’à jeudi 30/06/2016.

L’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (OVEO) nous propose un dossier de présentation de cet amendement dans lequel nous trouvons  les articles rectificatifs proposés, une définition de la violence éducative ordinaire, la différence avec la maltraitance…etc.

Notre avis sur le dossier de présentation: il s’agit d’un travail de synthèse clair et argumenté. Cependant, seule une mesure à titre informatif est évoquée « à la première page du carnet de santé doit figurer la mention suivante: « nul, pas même le ou les titulaires de l’autorité parentale, n’a le droit d’user de violence physique, d’infliger des punitions corporelles et des souffrances morales ni de recourir à aucune autre forme d’humiliation envers un enfant ».

Ainsi, le dossier ne s’étend pas sur les propositions d’actions possibles à toutes les échelles (locales, départementales, régionales, nationales) pour sensibiliser, informer la société et accompagner, soutenir les parents et les adultes éducateurs de manière générale (assistantes maternelles, enseignants…). Cela nous rappelle les messages inscrits sur les briques de lait…(cf le film « Si j’aurai su…je serai né en Suède » ou sa bande annonce).

OVEO sjSJSNES

Espérons plus de détails sur ces actions car si nous sommes en faveur d’un changement social pour un regard plus juste sur l’enfant, nous sommes contre la stigmatisation des adultes, même ceux qui usent de la VEO. C’est un changement dans les consciences qui est à travailler avec les moyens que cela réclame.

Les cafés des parents arrivent à Dreux en septembre!

Ouverts à tous sans restriction d’âge ou de secteur, ces rencontres ont pour objectif de rassembler les parents autour de thèmes rencontrés dans l’éducation et d’offrir un espace d’écoute, d’expression en lien avec la tâche parentale.

Par ici le programme!   Affiche café des parents

Confidentialité et Convivialité

Accueil de chacun , là où il en est

Facilité de participation: un lieu, un rythme, un horaire n’excédant pas 2h.

Ecoute de chacun et de soi

Développer ses compétences relationnelles et émotionnelles

Eclairage d’un professionnel lors de la rencontre

Souffler

Partage d’expériences, joyeuses ou non

Apprendre ou désapprendre… pour une vie familiale plus harmonieuse

Respect de la vie privée de chacun et des choix réalisés

Envie de revenir ou de se revoir en dehors ? Vive le lien social!

Naturel et authenticité, venons parler de choses vécues

Thématiques de parentalité abordées par un professionnel

Soutien

cafe-des-parents-discussionLes rencontres seront animées par Carine MARTINE-PAMPHILE, psychologue. Un autre professionnel nous rejoindra selon le thème.

A bientôt!

Programme des cafés des parents

L’empathie, ressource parentale pour éviter les violences éducatives

« Encore un mot compliqué », « Pas besoin de ça pour éduquer et me faire obéir! »…découvrons.

Pour faire simple, l’empathie (vient du grec pathos-souffrance- et  em-dedans, intérieur-), c’est la capacité de compréhension des émotions d’un autre individu. En somme, la possibilité pour chaque parent, de comprendre son enfant lorsque celui-ci présente une émotion.

Quelques exemples concrets: la tristesse quand la boule de glace tombe par terre, la colère lorsque le jean blanc préféré est tâché de confiture par le petit cousin, la honte lorsque les copines se sont moquées de la coiffure réalisée avec soin le matin, la peur de s’être perdu dans un magasin mais aussi la joie lorsque les plants mis en terre commencent à donner les premières tomates ou les premières fraises etc…

A chaque fois que vous ressentez en vous ce que 1_ImCw5Z78dYUeYeVtxgGyegressent votre enfant, vous êtes dans une attitude à partir de laquelle vous  pouvez lui donner verbalement ou non de l’empathie et l’aider à traverser son émotion.

L’empathie a toute sa place dans la relation éducative car elle évite les positions dominant-dominé et les éventuelles dérives (coups, menaces, cris…). Cette capacité est plus ou moins naturelle chez les personnes, elle dépend  de la personnalité et de l’histoire de chacun, en tous cas, elle peut se développer 😉 !

Marion CuerqMarion Cuerq, réalisatrice du film « Si j’aurais su je serai né en Suède »

« Si j’aurai su, je serais né en Suède » (film, 1h06 min) ou bande annonce (2min46)

Interview de Marion Cuerq à propos de l’empathie dans les relations humaines 

L’Odyssée de l’empathie est un documentaire de 2015 qui nous interpelle sur une des manières possibles pour limiter les violences… bande annonce (2min21).

Dans l’actualité: l’observatoire de la non violence éducative (dont le but est de « révéler le scandale caché de la violence éducative, qui légitime, sous couvert d’éducation, des cruautés à peine imaginables ») a déposé à l’Assemblée Nationale un amendement pour abolir les violences éducatives, le projet de loi sera examiné dès demain et en séance du 27 au 30 juin. A suivre.

Enfin, pensons aux parents qui eux-aussi ont besoin d’empathie… Ils peuvent d’ailleurs s’en procurer à eux-mêmes, c’est l’auto-empathie!autoempathie minute

« Merci part de moi qui juge, critique, réagit, diagnostique, de me rappeler que c’est le moment de prendre un temps d’écoute avec ce qui se vit en moi ».

 

 

A expérimenter lors d’un prochain stage pour les parents à Dreux.

 

 

Les parents ne sont ni des dieux, ni des super-héros.

Chaque année, des millions de femmes et d’hommes deviennent respectivement mères et pères (environ 800 000 par an en France). Ils se chargent d’une personne totalement vulnérable dont ils ont à assurer les besoins physiques, affectifs, relationnels, éducationnels…

Les parents élèvent cet être humain avec l’objectif qu’il ou elle devienne un être coopératif, responsable, sachant faire des choix utiles pour sa vie, contribuant à la société, et si possible…heureux. Tout un programme! D’autant qu’entre sa naissance et le moment où il pourra subvenir lui-même à ses besoins, l’enfant nécessite la présence de ses parents durant quelques ANNEES. Quelques années qui demandent du temps, de l’énergie, de l’argent et plus encore.

A quel point les parents sont-ils préparés, soutenus pour cette mission? Est-il besoin, pour être parent, de se former à cette tâche dont Philippe Jeammet dit qu’il s’agit d’un « processus biologique naturel  pour lequel il existe des capacités génétiques programmées »?

Notre avis? Oui, à la spontanéité des parents et oui, à leur confiance en eux-mêmes à pouvoir éduquer leurs enfants! Et aussi oui, à la diffusion d’outils, d’ateliers, de conférences, d’opportunités de découvrir le monde de l’enfant, les astuces de désamorce de conflits ou de gestion du stress… L’essentiel c’est votre liberté d’appliquer ou non ce que vous aurez entendu ou lu, d’accepter surtout qu’il y ait une marge d’erreur car les parents ne sont ni des dieux ni des super-héros.

  Zeusparents les indestructibles

Les parents sont des personnes bien avant d’être des parents, des humains, qui ont des limites,  des sentiments mêmes, qui commettent des erreurs et apprennent de ces dernières. Le statut de parent ne doit pas vous amener à endosser un rôle qui fixe des objectifs inatteignables dont vous trouverez vous-même la liste…

Michelle GUEZ, formatrice en communication non-violente nous dit « Quand on se plante…on pousse! » Alors…Bonne pousse à chacun…

jeune pousse