Aujourd’hui 30 avril, journée de la non violence éducative!

Aujourd’hui on vous dit BONNE FETE! VIVE LA JOURNEE DE LA NON VIOLENCE EDUCATIVE!

Que vous trouviez les gifles, fessées, tapes et autres punitions légitimes ou que cela vous révolte, soyez les bienvenus.

Journée non violence éducativeEt pour commencer, nous choisissons un livre pour enfant et nous sélectionnons un extrait : « Maman Ours se fâche vraiment: Alors ça, Petit Ours Brun, c’est la fessée! » (Petit Ours Brun a dessiné sur le mur).

Un parent partage sur Facebook les modifications qu’il apporte au texte du livre : « Maman Ours n’est pas d’accord. Tu as bien dessiné maintenant il faut effacer! Je vais chercher du papier pour faire de beaux dessins ».

Nous pourrions dire aussi « Je suis très fâchée dit maman Ours (elle sent une énorme colère monter en elle, elle aurait envie de crier très fort et de taper Petit Ours Brun. Elle respire profondément, elle est triste que le mur soit maintenant sali. Elle a besoin de coopération pour que la maison soit en bon état. Elle respire encore). Elle est plus calme maintenant et elle se tourne vers Petit Ours Brun: Petit Ours Brun, quand je vois ton dessin sur le mur, je suis triste et en colère car j’ai besoin d’aide pour que la maison soit propre, je te demande de dessiner sur ton cahier ou les feuilles dans ton tiroir, j’attends ta réponse. Maintenant, tu sais où se trouve l’éponge, va vite la chercher et efface ce dessin, tu pourras refaire le même, sur une feuille si tu le souhaites. » Pas de fessée. Pas de menace. Pas de relation de pouvoir.

Nombre de personnes s’engagent sur un mode éducatif plus respectueux de chacun: Isabelle Filliozat, Grandir autrement, Peps magazine, Catherine Dumonteil Kremer… des associations, des particuliers…

Réfléchissons ensemble: Que voulons-nous que notre relation à notre enfant soit? Quels comportements chez mon enfant réveille le volcan en moi? Quels besoins cherchons-nous à satisfaire?

CNV Colère

Peut-être avez-vous envie d’apprendre à éduquer autrement? Ou êtes curieux de voir comment des parents se positionnent sans être ni autoritaristes, ni laxistes? Et surtout apprendre à s’écouter pour ne pas s’épuiser?..

 Rejoignez-nous les 3 et 4 juin à Dreux (28), 07.68.69.50.74, programme disponible!

 

 

 

Les gifles, les fessées et autres punitions n’ont aucune vertu éducative

Education et OVEO

Tracts et affiches pour diffuser l’information sur la violence éducative ordinaire disponible sur le site de l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (OVEO)

Le tract ci dessus a été réalisé par Sophie Blum, le texte est anonyme, la diffusion et la reproduction sont libres.

« Comment supporterions-nous (ou supportons-nous !), par exemple, que notre conjoint ou conjointe nous menace de nous punir, nous sermonne, nous fasse la morale, nous critique, nous injurie, se moque de nous, nous compare à d’autres de façon désobligeante, etc. ? Or, qui n’a connu cela dans son enfance ? Et qui ne l’a fait plus ou moins subir à ses enfants ?

L’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire est à la fois une association et un site créés dans le but d’informer le plus largement possible l’opinion publique et les responsables politiques sur la pratique de la violence éducative ordinaire, c’est-à-dire les diverses formes de violence utilisées quotidiennement pour éduquer les enfants dans les familles et les institutions (écoles, assistantes maternelles…) ». (site de l’OVEO)

Beaucoup de parents, par un cheminement et un positionnement personnels cherchent à établir une relation de qualité avec leur(s) enfant(s). Les temps changent! Et pour l’épanouissement de chacun!

Journée du 30 avril, journée nationale de la non-violence éducative!

 

 

On peut secouer un biberon…pas un bébé! (article en soutien au 30 avril, journée nationale de la non-violence éducative)

bebesecoue1 - Copie

En France, les statistiques révèlent que:

  • 14% des Français déclarent avoir été victimes de maltraitances– physiques, sexuelles et psychologiques – au cours de leur enfance (sondage Harris-L’Enfant Bleu 2014)
  • Chaque jour, 2 enfants décèdent victimes de maltraitance (INSERM 2010)

Reconnaissons-le, la tâche parentale est ardue et il y a tellement d’occasion de perdre le contrôle…de soi.

Reconnaissons-le aussi, il y a tellement de solutions possibles et d’accompagnement à mettre en place!

Nous pensons qu’il n’y a pas de mauvais parents, il y a des parents qui à un moment donné n’ont pas eu accès aux moyens à leur disposition pour faire face. Des moyens extérieurs mais internes aussi, connaître son enfant, son stade de développement cérébral, ses besoins en fonction de son âge, d’autres parents avec qui dialoguer, des professionnels… et aussi se connaître soi-même, prendre en compte ses besoins, y répondre dès que possible: ralentir, respirer, ressentir, réagir de manière créative…

Changer les mentalités? oui! Comment? Thomas d’Ansembourg , dans son intervention en juin 2015 « Une histoire de violence » pour le mouvement Colibris  nous donne une piste quand il aborde la notion de développement social durable.

Et dans l’éducation, c’est possible aussi.

Quelques clés pour une éducation au service de la joie les 3 et 4 juin 2016 à Dreux (Eure et Loir).

Une clé possible pour éviter la violence éducative ordinaire: Reconnaissez les besoins de vos enfants et affirmez les vôtres, recherchez la coopération.

Isabelle Filliozat dans son Best Seller « Au cœur des émotions de l’enfant » nous invite à prendre conscience de l’ampleur de la tâche parentale quant au respect des besoins de chacun.

« Nous voudrions que nos enfants « ne pleurent pas pour un rien », qu’ils ne se mettent pas en colère parce qu’on leur refuse quelque chose ou parce qu’on a l’outrecuidance de leur proposer de changer leur couche pleine.

Nous aimerions que nos enfants soient plus coopérants, qu’ils s’habillent quand on leur demande, qu’ils viennent à table en même temps que tout le monde, qu’ils aillent se coucher volontiers, qu’ils rangent leur chambre, qu’ils mettent leur manteau au crochet prévu à cet effet et leurs chaussures l’une à côté de l’autre dans le placard.

Nous aimerions qu’ils soient calmes et sages, qu’ils ne courent pas partout en hurlant, qu’ils s’asseyent tranquillement sur leur chaise pour prendre leur repas, mangent rapidement, proprement et avec leur fourchette tout ce qu’il y a dans leur assiette, boivent sans renverser leur verre ni faire à table des expériences de physique sur la conservation des volumes… […]

Les besoins des parents et des enfants sont carrément opposés. La plupart des parents aiment les espaces ordonnés, apprécient le silence et les paroles mesurées, rêvent de calme et de grasses matinées. La grande majorité des enfants est à l’aise dans le plus grand désordre, adore le bruit et se lève à l’aube, particulièrement le dimanche et les jours fériés ».

Au coeur des émotions de l'enfant

A télécharger ci-dessous, le tract proposé par Catherine Dumonteil Kremer à l’occasion de la journée de la NON violence éducative, édition 2016, à diffuser sans modération, nous sommes tous concernés, adultes et enfants.

kit-d-urgence-pour- les-parents

tract kit d'urgence

Illustration du système SAPPE dans notre communication avec les enfants

Vous vous rappelez notre article du 17/04?

Nous y avons souligné la différence entre parler et communiquer, la prégnance du système S.A.P.P.E (sourd, aveugle, pernicieux, pervers, énergétivore)  dans notre mode de communication… injonctions « tu dois te tenir correctement », menaces «  gare à toi si tu ne ranges pas tes livres », disqualifications « tu es trop petit pour apprendre », comparaisons «  ta sœur écrit tellement mieux que toi », chantage « range ta chambre et tu auras un bisou » qui polluent nos relations.

Ci-dessous une illustration issue du livre « Pour ne plus vivre sur la planète TAIRE » de Jacques Salomé.

Que visons-nous dans la relation d’éducation à nos enfants?

Venez découvrir comment modifier vos habitudes de communication les 3 et 4 juin 2016 à Dreux (Eure et Loir) grâce à la méthode E.S.P.E.R.E !

Afficher l'image d'origine

« Il y a d’autres solutions que la permissivité (laisser l’enfant faire tout ce qu’il veut) ou la contrainte (infliger des punitions) », Marshall.B. Rosenberg

La « bienveillance » c’est « vouloir le bien et le bonheur d’autrui » mais sous prétexte de bienveillance nous pouvons totalement nuire à la relation que nous entretenons avec l’autre et en particulier avec nos enfants.

Marshall B. Rosenberg nous interpelle!

Les parents ont à nourrir les besoins éducationnels des enfants et il est tout aussi important de préserver avec eux une qualité de relation dans laquelle « chacune des parties sait que ses besoins comptent et est consciente que son propre bien-être et celui de l’autre sont interdépendants ».

Alors comment créer cette qualité de relation? développer une communication basée sur mes sentiments, mes besoins, mes ressentis, JE parle de moi, je deviens capable d’écouter avec empathie ce que l’autre me dit de lui, sans jugement moralisateur ou disqualification.

Biensûr nous aimons nos enfants…mais ne les laissons pas croire que nous les aimons parce qu’ils disent ou font ce que nous attendons d’eux. Entretenir une relation de qualité c’est autre chose.

Venez échanger avec nous les 3 et 4 juin prochains à Dreux (Eure et Loir)!

Couv Elever_bienvN.indd

La parentalité positive (Isabelle Filliozat)

« La parentalité c’est comment je suis, moi,  avec mon enfant; positive c’est-à-dire orientée vers le positif, le constructif», Isabelle Filliozat.

Derrière les mots « caprices », « bêtises » et autres « comédies »…il y a un besoin de l’enfant qui, lorsqu’il n’est pas nourri peut engendrer des manifestations émotionnelles plus ou moins intenses.

Pour essayer de répondre à la cause et non plus aux seuls symptômes, prêtons notre attention à ce que vit l’enfant : que se passe-t-il pour lui ? Quel besoin n’est pas nourri ? Comment accompagner ses décharges émotionnelles ? Comment mettre en place des consignes compréhensibles pour lui ?

L’éducation prend une tournure constructive, la communication adulte-enfant devient plus efficace!

Le DVD de présentation de la parentalité positive est construit en 4 grands chapitres, Isabelle Filliozat évoque notamment comment réagir face aux colères, les conséquences des punitions et des cris sur l’enfant et les alternatives, l’importance des formulations positives « reste près de moi » plutôt que « ne vas pas dans la rue » etc…

Phrase clé du discours d’Isabelle Filliozat « l’amour n’est pas une récompense, c’est du carburant », veillons donc au bon remplissage du réservoir affectif de nos enfants (contact physique, temps passé ensemble, présence cœur à cœur, paroles encourageantes…) et veillons au nôtre !

La parentalité positiveDisponible à l’association!

Vous avez dit CNV ? La Communication Non Violente ® selon le processus de Marshall ROSENBERG

Le processus de la Communication Non Violente® mis au point par Marshall B. Rosenberg, nous permet de :

repérer ce qui, dans notre manière de penser et de communiquer, bloque et génère la violence ou, au contraire facilite la communication et désamorce les conflits
développer nos capacités à clarifier ce que nous vivons et à exprimer des demandes claires
apprendre à « décoder » l’agressivité de manière à rétablir ou instaurer un dialogue où chacun se sent reconnu La CNV propose une manière de communiquer simple et concrète par laquelle chacun prend soin de ses besoins et trouve aussi plaisir à satisfaire les besoins des autres.

Elle réveille le plaisir naturel de coopérer, que ce soit en milieu professionnel, social ou familial.

Alors utilisons la avec nos enfants et en famille! Venez découvrir comment les 3 et 4 juin 2016 à Dreux (Eure et Loir)!

Pour aller plus loin:

Site francophone de la CNV

« Il y a parfois plus de terrorisme dans le quotidien des relations humaines que dans les journaux télévisés », Anonyme

Non…parler ce n’est pas communiquer« Si les mots sont nécessaires et indispensables pour communiquer ils sont insuffisants pour construire une relation respectueuse » (Jacques Salomé).

D’ailleurs, c’est avec une grande facilité, voie une très grande habileté que nous utilisons un système d’INcommunication pour soi-disant communiquer…le système S.A.P.P.E (sourd, aveugle, pernicieux, pervers, énergétivore) décrit par Jacques SALOME regroupe nos stratégies favorites pour nous exprimer : les injonctions « tu dois te tenir correctement », menaces «  gare à toi si tu ne ranges pas tes livres », disqualifications « tu es trop petit pour apprendre », comparaisons «  ta sœur écrit tellement mieux que toi », chantage « range ta chambre et tu auras un bisou » etc…véritables polluants de nos relations, et en particulier avec nos enfants.

Heureusement, nous pouvons apprendre à modifier nos habitudes, pour des relations saines, harmonieuses et évidemment cela nous intéresse !

Venez découvrir comment les 3 et 4 juin 2016 à Dreux (Eure et Loir) grâce à la méthode E.S.P.E.R.E !

A bientôt !

 

Conférence à Chartres sur la discipline positive le 31 mars 2016 (Eure et Loir)

Jeudi 31 mars à l’institution Notre Dame  de Chartres a eu lieu une conférence sur la discipline positive et son application dans l’éducation.

En quelques mots…

« Discipline »: suivre un maître qui enseigne et « Positive »: mettre la lumière sur les compétences et efforts de l’enfant et non sur ses incapacités.

En tant que parent:

    • je me respecte et je respecte mon enfant
    • je recherche la bienveillance et la fermeté à la fois
    • j’encourage mon enfant, surtout quand « tout va mal » pour lui
    • je vois les erreurs comme des opportunités d’apprentissage (et non comme des échecs)
    • j’aide mon enfant à développer ses compétences sociales
    • dans toutes les situations, je sors du rapport de force avec mon/mes enfant(s) et nous trouvons une solution « gagnant-gagnant »
Pour aller plus loin: Discipline positive